• Ces églises méconnues qui cachent des chefs-d’œuvr

    Ces églises méconnues qui cachent des chefs-d’œuvr

    Lorsque l’on souhaite découvrir des œuvres d’art, le premier réflexe est d’aller dans un musée. Mais il existe bien d’autres endroits pour satisfaire ses envies d’art et de découverte. La preuve avec ces quatre églises parisiennes peu connues qui cachent des trésors picturaux dignes des plus grands musées. Entrez, c’est gratuit !

    L’Église Saint-Denys du Saint-Sacrement

    Eugène Delacroix est majoritairement connu pour ses peintures historiques et ses œuvres d’inspiration littéraire, mais ce grand artiste du XIXème siècle s’est également attelé, quoique plus rarement, à des thématiques religieuses. Et c’est évidemment dans les églises de la capitale que l’on retrouve la plupart des œuvres de ce Parisien de cœur : trois de ces tableaux sont exposés dans la chapelle des Saints-Anges de l’Église Saint-Sulpice, un autre au sein de l’Église Saint-Paul-Saint-Louis.

    Le plus réussi de ces tableaux à vocation spirituelle, une Pietà exécutée en seulement quelques semaines en 1844, ne se trouve pourtant pas dans l’une de ses deux églises, mais dans un lieu plus confidentiel : l’Église Saint-Denys du Saint-Sacrement dans le 3ème arrondissement. Construite entre 1826 et 1835 et nommée en mémoire du premier Évêque de Paris, cette église néoclassique abrite également deux grands orgues du XIXème siècle et quatre autres peintures murales, dont une du peintre néo-classique François-Édouard Picot, qui valent également le coup d’œil !

    Ces églises méconnues qui cachent des chefs-d’œuvr

    La Pietà d’Eugène Delacroix

    Église Saint-Denys du Saint-Sacrement – 68 Rue de Turenne, 75003

    Métro : Filles du Calvaire (ligne 8)

     

    L’Église Saint-François-Xavier

    On vous le dit tout de suite, cette église du 7ème arrondissement, construite sous le Second Empire, est un petit bijou ! L’ornementation de sa coupole et de son chœur dans un style néo-byzantin est sublime et l’intérieur regorge de détails picturaux et de sculptures en l’honneur de Saint-François-Xavier, Saint-Vincent-de-Paul ou de la Vierge Marie. Cette église érigée non loin des Invalides offre également à ces visiteurs de nombreux tableaux, dont trois œuvres picturales majeures.

    La première est une œuvre de l’emblématique peintre vénitien Le Tintoret,  La Cène. La seconde est un tableau composé par Lubin Baugin, La Vierge et l’Enfant, qui se trouvait, avant la Révolution française, dans la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. Enfin, on y trouve une œuvre plus récente, peinte par Henry Lerolle au XIXème siècle, intitulée La Communion. On vous laisse y aller pour les découvrir !

    Ces églises méconnues qui cachent des chefs-d’œuvr

    Église Saint-François-Xavier – 39 Boulevard des Invalides, 75007

    Métro : Saint-François-Xavier (ligne 13)

     

    L’Église Saint-Nicolas du Chardonnet

    Installée au cœur du Quartier Latin, cette église est un petit musée à elle seule ! De nombreux tableaux et sculptures conservés dans cette église sont classés aux monuments historiques : 13 tableaux, 5 bas-reliefs, 3 monuments funéraires et deux sculptures ! Parmi les artistes les plus éminents dont les œuvres se trouvent dans cette église de la rue des Bernardins, on retrouve Charles Lebrun, connu pour ses peintures de la Galerie des Glaces du Château de Versailles, Lagrenée le jeune ou encore le sculpteur Nicolas Legendre. Dommage que l’accueil des visiteurs par les membres de la paroisse ne soit pas toujours très hospitalier.

    Ces églises méconnues qui cachent des chefs-d’œuvr

    Le Martyre de Saint Jean l’Évangéliste, tableau attribué à Charles Le Brun

    Église Saint-Nicolas du Chardonnet –  23 Rue des Bernardins, 75005

    Métro : Cardinal Lemoine (ligne 10)

     

    L’Église Notre-Dame de la Nativité de Bercy

    Isolée sur un terre-plein central au cœur d’un quartier où le macadam et le béton sont rois, l’Église Notre-Dame de la Nativité de Bercy n’attire vraiment pas grand monde ! Ce manque d’intérêt est sans doute accru par l’apparence très austère du lieu. En effet, l’intérieur est sans artifice, très sobrement décoré et simplement doté d’un petit orgue en bois. Et pourtant, l’Église possède quelques peintures religieuses des XVIIème et XVIIIème siècles qui méritent toute notre attention !

    Parmi ces œuvres, on notera tout particulièrement le tableau Jésus et la Samaritaine de Jacques Stella et L’annonciation, une œuvre peinte en 1659 par le français Daniel Hallé. Il faut savoir que peu d’églises abritent encore des œuvres réalisées avant la Révolution, car la plupart ont été pillées à ce moment-là. En plus d’être très réussies, ces œuvres sont donc des raretés à Paris !

    Ces églises méconnues qui cachent des chefs-d’œuvr

    Jésus et la Samaritaine, de Jacques Stella

    Église Notre-Dame de la Nativité de Bercy – Place Lachambeaudie / 11 Rue de la Nativité, 75012

    Métro : Cour Saint-Émilion (ligne 14)

    Article paru dans Paris Zig Zag


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :