• Où l'on découvre que Notre-Dame de Paris avait déjà été sauvée, mais par un roman.

     

    La nuit dernière a été terrible pour tous ceux qui aiment le patrimoine. Notre-Dame est dans notre cœur à tous ; certains l’ont ressenti encore plus fort hier alors qu’elle était menacée.
    Aujourd'hui, pour oublier notre tristesse, nous nous tournons vers ce que nous savons faire : des anecdotes. Ces petites histoires derrière les grandes œuvres nous en disent souvent plus qu’il n’y paraît. Celle que nous vous avons trouvée parle de Notre-Dame de Paris et donne beaucoup d’espoir…

     

    Ma Dame éternelle

      Illustration Artips

     

    Années 1830, Paris. La cathédrale Notre-Dame fait grise mine. Cette vieille église, qui date du Moyen Âge, est ruinée. Elle a perdu nombre de ses vitraux ainsi que plusieurs statues de sa façade.

    Noirci par la pollution, l'édifice est si délabré que les autorités envisagent sa démolition ! Mais un jeune écrivain ne l’entend pas de cette oreille...

     

    Ma Dame éternelle

    Theodor Josef Hubert Hoffbauer, Notre-Dame, l'Évêché et le cloître, 1830, vers 1875-1882, lithographie, 24 x 30 cm, Brown University Library, Providence

     

    C’est Victor Hugo, un défenseur du patrimoine médiéval. Depuis plusieurs années déjà, il a déclaré la "guerre aux démolisseurs" et le sort de la cathédrale parisienne l’inquiète particulièrement.

    Cet édifice, avec ses tours et sa voûte exceptionnelles, est un joyau de l'architecture gothique. Or, à l’époque de l’auteur, on ne s’intéresse guère à cet art du Moyen Âge que l’on juge très laid.

     

    Ma Dame éternelle

    Achille Devéria, Portrait de Victor Hugo, 1829, lithographie, 57 x 41 cm, Musée Carnavalet, Paris

     

    En 1831, Hugo passe donc à l’action : l’écrivain décide de publier un roman dont l’histoire se déroule au cœur du monument. Dans Notre-Dame de Paris, les destins d’Esmeralda et Quasimodo se nouent à l’ombre de la cathédrale.

    C’est un énorme succès. Des milliers de lecteurs s’arrachent le livre... et prennent conscience de l’importance de la cathédrale. Il faut la préserver pour les générations futures !

     

    Ma Dame éternelle

     Victor Hugo, Première page du manuscrit de Notre-Dame de Paris, vers 1830, Bibliothèque nationale de France, Paris

     

    Sous la pression du public, les autorités lancent en 1843 une restauration supervisée par le grand architecte du moment, Viollet-le-Duc. Celui-ci commence par étudier soigneusement Notre-Dame.

    Puis il reconstitue et fait sculpter de nouvelles statues pour remplacer les disparues et reconstruit la flèche, c’est-à-dire la tour centrale.

     

    Ma Dame éternelle

     Construction de la flèche pendant la rénovation de la cathédrale Notre-Dame par Eugène Viollet-le-Duc et Jean Lassus, 1850, photo : Granger / Bridgeman Images

     

    Viollet-le-Duc imagine même des chimères. Ces monstres de pierre feront la célébrité de l’édifice dans le monde entier… alors qu’ils n’existaient pas au Moyen Âge. Grâce à ces travaux, la cathédrale est sauvée. On peut dire merci à Victor Hugo !
    Mais aujourd’hui que Notre-Dame est de nouveau en péril, c’est à nous de nous mobiliser pour la reconstruire.

     

    Ma Dame éternelle

      Chimère de Notre-Dame, appelée "démon pensif", imaginée par Viollet-le-Duc, vers 1850

     

    Ma Dame éternellePortrait de Viollet-le-Duc en apôtre, sur le toit de la cathédrale Notre-Dame, près de la flèche, vers 1850, photo : Harmonia Amanda

     

    " Il vient une heure où protester ne suffit plus : après la philosophie, il faut l’action. " - Victor Hugo

     

    Article paru dans Artips

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique