• Point par point

     Où l’on rend hommage à un grand homme sans montrer son visage.

    À Paris, les promeneurs qui regardent leurs pieds ont sans doute déjà remarqué la présence de petits disques de métal, incrustés dans le sol. Dispersés dans plusieurs endroits de la capitale, ils comportent tous l’inscription « Arago », ce qui laisse planer le mystère…

     

    Point par point

    Jan Dibbets, Médaillon 97A de l'Hommage à Arago, 1997, bronze, Passage Richelieu, Paris
    Voir en grand

     

    Leur origine remonte à 1994, année où l’artiste néerlandais Jan Dibbets se voit confier une mission de taille. Il doit créer une œuvre pour célébrer le bicentenaire de la naissance du physicien et astronome François Arago.

    L’unique statue qui lui rendait hommage a disparu depuis longtemps : lors de la Seconde Guerre mondiale, on l’a fondue pour fabriquer des armes.

     

    Point par point

     Socle de la statue d'Arago disparue, place de l'Île-de-Sein, Paris, Voir en grand

     

    Chargé de réparer ce vide, Dibbets est embêté. Les statues colossales, ce n’est pas vraiment son truc. C’est pourquoi il imagine un monument... qui n’a rien de monumental !

    Pour cela, il part de l’un des travaux d’Arago : ce dernier a passé une partie de sa vie à arpenter la Terre pour la mesurer. C’est lui qui est allé jusqu’en Espagne pour cartographier le méridien de Paris, l’axe imaginaire qui traverse la France du nord au sud.

     

    Point par point


     Le Méridien de Paris 

     

    Pour Dibbets, voilà le point de départ pour créer son Hommage à Arago. Il fait fabriquer les petits médaillons de bronze, 135 en tout.

    Les médaillons sont ensuite incrustés dans le sol parisien, répartis le long de la ligne imaginaire du méridien de Paris. Ils forment ainsi un parcours qui coupe la capitale du Nord au Sud, en traversant six arrondissements !

     

    Point par point

     Jan Dibbets, Médaillon de l'Hommage à Arago, 1997, bronze, Quai Voltaire, Paris

    Voir en grand

     

    En les suivant, on peut marcher dans les pas d’Arago… Pour Dibbets, ce « monument imaginaire » est un hommage plus pertinent qu’une statue du grand homme. Ce qui compte, ce n’est pas l’apparence d’Arago, mais ce qu’il a fait. Mission accomplie !

     

    Point par point

     Tracé du Méridien de Paris, sur lequel sont répartis les médaillons de l'Hommage à Arago

     

    Pour en savoir plus :

    La liste des médaillons 

     

    Point par point

     Anonyme, Portrait de François Arago, gravure Voir en grand 

     

    Article paru dans Artips


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :