• Les Parisiens ont eu une jolie surprise en se réveillant ce lundi matin. L’artiste toulousain James Colomina a installé, sans autorisation, deux sculptures grandeur nature dans la capitale.

     

    Sculptures installées en quelques heures

    Après sa “Petite Observatrice”, statue d’une fillette en masque de plongée qui orne la façade d’une école du 20ème, l’artiste James Colomina investit de nouveau la capitale.

     

    L’histoire des deux sculptures géantes installées en cachette à Paris

     

    Dans la nuit de dimanche à lundi, l’artiste toulousain a installé, sans l’autorisation des mairies concernées, deux sculptures grandeur nature.

     

    L’histoire des deux sculptures géantes installées en cachette à Paris

     

    Assis sur l’un des piliers du Pont Mirabeau (15ème/16ème), un enfant à bonnet d’âne semble regarder les flots de la Seine, tandis qu’un homme à fleur surplombe le socle nu de la place de l’île de Sein (14ème).

     

    L’histoire des deux sculptures géantes installées en cachette à Paris

    Crédit photo : © James Colomina Facebook / Sokha Hortrieng

     

    Ces deux sculptures de résine rouge ont été installées “sauvagement” en quelques heures seulement.

     

    L’artiste s’explique au Parisien : “Généralement c’est bien accepté par les mairies concernées (…) effectivement je ne fais pas la démarche de demander l’autorisation, mais parce que souvent il y a un refus de principe, ou qu’alors cela demande des délais et des démarches…“.

     

    Malgré le caractère non-autorisé de l’opération, l’installation s’est déroulé sans encombre, comme le raconte James Colomina : “On a fait comme si nous étions des employés de la ville, l’air de rien et de façon très sérieuse“.

     

    Reste à savoir combien de temps ces statues rouges vif à taille humaine resteront dans la capitale !

     

    Pour en savoir plus sur les œuvres de l’artiste, cliquez sur le lien ci-dessous :

    https://www.instagram.com/jamescolomina/?utm_source=ig_embed

     

    Article paru dans Paris Zigzag

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique