•  

    Lorsque que le corps de Voltaire est transféré au Panthéon le 11 juillet 1791, treize ans après sa mort, quelques uns des organes du défunt philosophe sont perdus au passage ! Retour sur cette anecdote pour le moins embarrassante

     

    Voltaire entre (presque) entier au Panthéon

    Figure emblématique du siècle des Lumières, c’est tout naturellement que le philosophe est transféré au Panthéon en juillet 1791. L’Assemblée Nationale avait décidé, le 4 avril de la même année, que le monument serait destiné à recevoir les cendres et dépouilles des grands hommes. Cependant, si Voltaire est officiellement inhumé à l’entrée du Panthéon, tout son corps n’est pas dans sa tombe : il y manque notamment son cœur et son cerveau !

     

    « Le cœur de Voltaire est ici…

    En effet, lorsque François-Marie Arouet (dit Voltaire) meurt le 30 mai 1778, il se trouve en visite à Paris chez son ami le marquis de Villette. Celui-ci ordonne alors à l’embaumeur d’extraire le cœur du philosophe pour le conserver. Aussi, le marquis connait l’attachement de son ami pour le Château de Ferney, résidence de l’auteur de Candide pendant près de vingt ans. Il rachète donc l’édifice afin d’y exposer le cœur de son ami défunt. L’organe du philosophe restera dans son ancienne chambre, transformée en sanctuaire pour l’occasion, pendant presque un siècle.

     

    La « chambre du cœur de Voltaire » dans le Château de Ferney, en Suisse.

     

    En 1864, Napoléon III décide de ramener le coeur du philosophe à Paris et de le transférer à la Bibliothèque Nationale. Il le fait placer dans le plâtre d’une statue réalisée par le sculpteur Houdon : il s’y trouve toujours aujourd’hui.

     

    Février 1920, M. Bérard ouvre le reliquaire contenant le cœur de Voltaire à la Bibliothèque Nationale.

     

    et son esprit est partout »

    Le cerveau de Voltaire avait quant à lui été conservé par M. Mitouart, l’apothicaire chargé de son autopsie et de son embaumement. Cet embaumeur, loin d’être désintéressé, ne se gêna pas pour exposer le cerveau du philosophe dans son officine, pour le plus grand bonheur des badaud

    Mais les descendants de Mitouart – visiblement peu attachés à cet étrange héritage – préféreront l’échanger à la Comédie Française au début du XXème siècle… contre deux places dans l’orchestre réservées pendant 20 ans ! Le théâtre installe alors le cerveau de Voltaire dans l’original de sa statue faite par Houdon (dont le plâtre est à la BNF et renferme son cœur) que l’on peut encore admirer de nos jours.

     

    La statue en marbre de Voltaire à la Comédie-Française, dans lequel se trouve son cerveau.

     

    Enfin, pour l’anecdote, sachez que lorsque qu’il a été transféré au Panthéon, son corps, auquel manquaient déjà son cœur et son cerveau, a également perdu un pied et une dent… probablement volés par des malfaiteurs ou fétichistes lors de son enterrement clandestin dans l’abbaye de Scellières, dans les environs de Troyes, en 1778.

     

    Article paru dans Paris ZigZag

     



     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique